gravure de Dado

gravure de Dado

Partager :

Deleuze : lettre à Dado

Gilles Deleuze a envoyé cette lettre à Dado le 26 décembre 1994.

Cliquer sur les images pour les agrandir
en grand et très grand formats

Diaporama
plein écran   

Photocopie de la lettre de Deleuze, recto Photocopie de la lettre de Deleuze, verso
Photocopie de la lettre de Gilles Deleuze retrouvée par Bernard Petitot dans les archives de l’exposition de 1997 au Centre Noroit à Arras. Cette photocopie avait été produite par la galerie Beaubourg qui conserve vraisemblablement l’original. Ajout posthume
en savoir plus

Cher Monsieur,

J’ai été très heureux quand notre ami commun Gilles Degois m’a apporté le livre ¹. Je n’ai pas cessé de le regarder (mon état de santé me force maintenant à passer par le livre, par la reproduction, mais dans votre cas c’est une telle réussite).

Crucifixion 1955
La Crucifixion, 1955, huile sur toile, 50 × 40 cm.
Votre peinture est puissance. Une terreur où la matière est l’homme. Il y a un rapport qui n’appartient qu’à vous, entre les formes-matières ou l’homme-animal, l’invertébré, et les fonds-couleurs qui donnent des pouvoirs de transparence ou de réflexion. Beauté des couleurs.

L’ensemble de votre œuvre telle qu’elle apparaît dans le livre est saisissante. Et il arrive que chez un grand peintre, un tableau qui n’est pas nécessairement le plus parfait induise pour tel ou tel spectateur un rapport personnel et secret qui s’ouvre sur l’ensemble de l’œuvre : ainsi pour moi, la Crucifixion de 1955. Vous avez inventé un style qui me touche intensément. Croyez à mon admiration très profonde.

Gilles Deleuze

1. Alain Bosquet, Dado, un univers sans repos (Paris, La Différence, 1991)

Étude pour La Crucifixion, 1955
Étude pour La Crucifixion, 1955, crayon sur papier, 33 × 42 cm. Ancienne collection Jernej Vilfan.
Photo : Domingo Djuric.
gravure de Dado