Dado – Les Orpellières

À partir de 1994, Dado investit les Orpellières, domaine vinicole désaffecté situé à Sérignan. L’artiste y séjourne régulièrement jusqu’en 1999 – date de l’inauguration – et y réalise des peintures murales et des sculptures-objets.

Henry Purcell, Hail to this happy place, MIT Chamber Chorus 

Partager :

Visite virtuelle des Orpellières

Réalisation : Jean-François Cros (Le Petit Biterrois)

∗   ∗

Ils sont tous là – remontés de la ténèbre intérieure de Dado et venus s’écraser sur les murs des Orpellières ou s’agglutiner en monceaux de sculptures hybrides et délirantes, les rompus, les torturés, les déchirés, les déchaînés, toute la lie de l’enfance, toute l’engeance des cauchemars. Ils grouillent et souillent. Si l’on s’abstrait des bruits ordinaires de la vie et si l’on prête l’oreille, par-delà le silence propre à la peinture, au colloque des formes, c’est un concert qui nous saisit, de hurlements, de gémissements, d’imprécations. L’âme serait soulagée si elle entendait sinon une parole du moins un rire. Mais ici, les bouches ne sont tracées que pour le cri, de même que les yeux, quand ils ne sont pas vides, ne se signalent que par les larmes.

Aux Orpellières, pour une éternité aux dimensions de l’humain, l’exode des figures de la douleur et de la déréliction s’est arrêté. Les murs retiennent les monstres. Ils n’iront pas plus loin. En quelque sorte, les voilà sauvés – rescapés arrêtés dans la fureur et absous par la plus sombre et la plus tumultueuse beauté qui soit. Encore savons-nous bien que d’autres hordes dadomorphes se sont exilées de tous les malheurs de nos temps et se sont engouffrées dans d’autres refuges. Tant qu’il y aura Dado et tant qu’il y aura des murs, le peuple des saccages continuera de proliférer et ses essaims de saturer les lieux de repos jusqu’à la destruction du monde.

Dado aux Orpellières, Claude Louis-Combet, 2006.

∗   ∗

Utiliser les flèches gauche et droite du clavier pour passer manuellement d’une photo à l’autre.  Survoler les photos pour afficher leur légende.  Cliquer sur les photos pour les agrandir en grand et très grand formats .

Les Orpellières
Photo : Bernard Rivière, 2005.
Les Orpellières
Photo : Bernard Rivière, 2005.
Les Orpellières
Photo : Bernard Rivière, 2005.
Les Orpellières
Photo : Bernard Rivière, 2005.
Les Orpellières
Photo : Bernard Rivière, 2005.
Les Orpellières
Photo : Bernard Rivière, 2005.
Les Orpellières
Photo : Bernard Rivière, 2005.
Les Orpellières
Photo : Bernard Rivière, 2005.
Les Orpellières
Photo : Bernard Rivière, 2005.
Les Orpellières
Photo : Bernard Rivière, 2005.
Les Orpellières
Photo : Bernard Rivière, 2005.
Les Orpellières
Photo : Bernard Rivière, 2005.
Les Orpellières
Photo : Bernard Rivière, 2005.
Les Orpellières
Photo : Bernard Rivière, 2005.
Les Orpellières
Photo : Bernard Rivière, 2005.
Les Orpellières
Photo : Bernard Rivière, 2005.
Les Orpellières
Photo : Bernard Rivière, 2005.
Les Orpellières
Photo : Bernard Rivière, 2005.
Les Orpellières
Visite scolaire. Photo : Déborah Rubio.
Les Orpellières
Visite scolaire. Photo : Déborah Rubio.
Les Orpellières
Visite scolaire. Photo : Déborah Rubio.
Les Orpellières
Visite scolaire. Photo : Déborah Rubio.
Les Orpellières
Visite scolaire. Photo : Déborah Rubio.
Les Orpellières
Visite scolaire. Photo : Déborah Rubio.
Les Orpellières
Visite scolaire. Photo : Déborah Rubio.
Les Orpellières
Visite scolaire. Photo : Déborah Rubio.
Les Orpellières
Photo : Bernard Rivière, 2005.
Les Orpellières
Photo : Bernard Rivière, 2005.


∗   ∗

Paroi coulée, abattis d’êtres composites, d’organes et d’objets dérisoires. Spermes ou sangs noirs giclant en report sur la vitre. Buées aveugles pour des averses de charognes vives.

Chaque cadre est ici case, et fenêtre, et porte sur des béances familières. Comme souvent, depuis ses premiers tableaux, Dado crucifie la mémoire sur les terres verticales des terreurs enfouies, là où la violence des jours ordinaires refuse toute neutralité et livre des ferveurs douceâtres. Improbables et hallucinées, les visions d’atroces et tendres humanités de ce Monténégrin de France hantent aujourd’hui les journaux de la planète entière : elles interrogent les miroirs de nos demeures jusqu’au midi de l’œil.

Faut-il fuir ce que peut faire l’homme ou se résoudre à l’interroger ?

Germain Viatte, 1996
Texte initialement publié dans le catalogue
de la IIIe Biennale de Cetinje.

∗   ∗

collage photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo photo
Les Orpellières, 1996, collage, 122 × 81 cm. Photo : Domingo Djuric.
Survoler les photos du collage pour les agrandir.


∗   ∗

Le fait de parler d’art dégénéré nous renvoie à un discours nazi ou réaliste socialiste. Cela ne peut déboucher que sur un néant culturel absolu. La dégénérescence est pourtant une vertu artistique, elle fait partie intégrante de mon travail. Je suis fasciné par la décomposition organique. L’art est sans doute un des rares domaines où tout le monde a droit de cité. L’art officiel, dans le sens concret du terme, à savoir l’art inscrit dans une société, en total accord avec elle, ça ne me concerne pas. L’art officiel que je souhaiterais devrait réaliser une jonction parfaite entre Lascaux, la chapelle Sixtine, les hospices de Beaune et les Orpellières, une ancienne usine couverte de tags de rappeurs dans laquelle je travaille en ce moment. Si j’ai utilisé le support des tags pour peindre, c’est parce que je considère que les tags – comme les dessins de détenus de maison d’arrêt – devraient constituer le corps même de l’art officiel, car ils sont l’expression la plus tragique et la plus authentique de la violence sociale.

Dado, peintre : « La dégénérescence est une vertu artistique »,
L’Événement du Jeudi, 17 au 23 avril 1997. Voir la coupure de presse.

gravure de Dado