gravure de Dado

gravure de Dado

Partager :

Dado – Repères biographiques
Années 2000

Cliquer sur les images pour les agrandir
en grand et très grand formats

Diaporama
plein écran   

Dado dans sa chambre
Dado dans sa chambre à Hérouval en 2002. Ajout posthume
en savoir plus
Photo : Alberto Ricci.

2002L’exposition avec son ami Bernard Réquichot, « Dado-Réquichot. La Guerre des nerfs », ouvre en février aux Abattoirs à Toulouse.
Réalisation de L’École de Prescillia, dont il fera don au Centre Pompidou en 2006. Cette toile sera suivie d’une série de toiles sur l’école, « le moule Jules Ferry », qui obsédait Dado, comme L’École d’Ivo (du nom de son petit-fils), conservée au Musée régional d’art contemporain Languedoc-Roussillon, à Sérignan.
Dado entame une collaboration éphémère avec la Galerie Alain Margaron, collaboration qui achèvera de le convaincre de travailler désormais hors de tout système marchand.
Dernier séjour au Monténégro à l’automne pour une grande exposition qui lui est consacrée au Musée national du Monténégro, à Cetinje.

L’École de Prescillia
L’École de Prescillia, 2001-2002, huile sur toile, 200 × 400 cm.
Crédit Photo : Centre Pompidou / MNAM-CCI / Georges Meguerditchian / Dist RMN-GP.

2003Suite à une collaboration fructueuse avec le fondeur Régis Bocquel, Dado investit le blockhaus de Fécamp, construit vers 1942 par l’occupant allemand. Après avoir peint sur les murs, il y installe des bronzes réalisés à partir de différents éléments tels que bouteille de gaz, Christ, baigneur, cadavre de chat ainsi que des motifs célèbres comme la femme casquée du Départ des volontaires de 1792 de Rude ou la Victoire de Samothrace.

Le blockhaus de Dado Le blockhaus de Dado
Le blockhaus de Dado, vues extérieure et intérieure. Photos : Régis Bocquel.

2004Début d’une collaboration avec Matthieu Messagier avec la publication d’un livre de bibliophilie Une clarté sessile, chez Fata Morgana, illustré de six lithographies originales. Participe à l’exposition du centenaire du journal L’Humanité, « Cent peintres pour les cent ans de l’Huma ».

Utiliser les flèches gauche et droite du clavier pour passer manuellement d’une image à l’autre.  Survoler les images pour afficher leur légende.  Cliquer sur les images pour les agrandir en grand et très grand formats .

Une Clarté sessile, 2004
Une Clarté sessile, 2004, poème de Matthieu Messagier accompagné de six lithographies de Dado, tirées sur Arches par l’atelier Lacourrière à Paris, présentées sous portefeuille de l’atelier Duval à Paris, 50 × 32,5 cm. Photos par Domingo Djuric d’un exemplaire rehaussé et enrichi de quatre lithographies rehaussées et huit collages de lithographies rehaussées. Ajout posthume
en savoir plus
Une Clarté sessile, 2004
Une Clarté sessile, 2004, collage de lithographies rehaussées, 50 × 32,5 cm. Ajout posthume
en savoir plus
Photo : Domingo Djuric.
Une Clarté sessile, 2004
Une Clarté sessile, 2004, lithographie, 50 × 32,5 cm. Ajout posthume
en savoir plus
Photo : Domingo Djuric.
Une Clarté sessile, 2004
Une Clarté sessile, 2004, lithographie rehaussée, 50 × 32,5 cm. Ajout posthume
en savoir plus

Photo : Domingo Djuric.
Une Clarté sessile, 2004
Une Clarté sessile, 2004, collage de lithographies rehaussées, 50 × 32,5 cm. Ajout posthume
en savoir plus
Photo : Domingo Djuric.
Une Clarté sessile, 2004
Une Clarté sessile, 2004, lithographie rehaussée, 50 × 32,5 cm. Ajout posthume
en savoir plus

Photo : Domingo Djuric.
Une Clarté sessile, 2004
Une Clarté sessile, 2004, lithographie rehaussée, 50 × 32,5 cm. Ajout posthume
en savoir plus

Photo : Domingo Djuric.
Une Clarté sessile, 2004
Une Clarté sessile, 2004, collage de lithographies rehaussées, 50 × 32,5 cm. Ajout posthume
en savoir plus
Photo : Domingo Djuric.
Une Clarté sessile, 2004
Une Clarté sessile, 2004, lithographie rehaussée, 50 × 32,5 cm. Ajout posthume
en savoir plus

Photo : Domingo Djuric.
Une Clarté sessile, 2004
Une Clarté sessile, 2004, lithographie rehaussée, 50 × 32,5 cm. Ajout posthume
en savoir plus

Photo : Domingo Djuric.
Une Clarté sessile, 2004
Une Clarté sessile, 2004, lithographie rehaussée, 50 × 32,5 cm. Ajout posthume
en savoir plus

Photo : Domingo Djuric.
Une Clarté sessile, 2004
Une Clarté sessile, 2004, collage de lithographies rehaussées, 50 × 32,5 cm. Ajout posthume
en savoir plus
Photo : Domingo Djuric.
Une Clarté sessile, 2004
Une Clarté sessile, 2004, lithographie rehaussée, 50 × 32,5 cm. Ajout posthume
en savoir plus

Photo : Domingo Djuric.
Une Clarté sessile, 2004
Une Clarté sessile, 2004, lithographie rehaussée, 50 × 32,5 cm. Ajout posthume
en savoir plus

Photo : Domingo Djuric.
Une Clarté sessile, 2004
Une Clarté sessile, 2004, collage de lithographies rehaussées, 50 × 32,5 cm. Ajout posthume
en savoir plus
Photo : Domingo Djuric.
Une Clarté sessile, 2004
Une Clarté sessile, 2004, lithographie rehaussée, 50 × 32,5 cm. Ajout posthume
en savoir plus

Photo : Domingo Djuric.
Une Clarté sessile, 2004
Une Clarté sessile, 2004, collage de lithographies rehaussées, 50 × 32,5 cm. Ajout posthume
en savoir plus
Photo : Domingo Djuric.
Une Clarté sessile, 2004
Une Clarté sessile, 2004, collage de lithographies rehaussées, 50 × 32,5 cm. Ajout posthume
en savoir plus
Photo : Domingo Djuric.
Une Clarté sessile, 2004
Une Clarté sessile, 2004, collage de lithographies, 50 × 32,5 cm. Ajout posthume
en savoir plus
Photo : Domingo Djuric.

2005Publication, chez Léo Scheer, de Notes du dehors, manuscrit de Matthieu Messagier enluminé par Dado.

Notes du dehors
Travail en cours sur les Notes du dehors. Photo prise par Philippe Ferrari le 12 février 2005.

2006Réalisation de la série Les Oiseaux d’Irène à partir des planches d’un livre d’ornithologie et de reproductions du manuscrit du roman Suite française d’Irène Némirovsky conservé à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC). Important versement d’archives à l’Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine (IMEC), grâce à Yves Chevrefils-Desbiolles, en charge des fonds d’artistes.

Dado : Suite française
Suite française, 2006, huile sur toile, 213 × 426 cm. Ajout posthume
en savoir plus

FNAC 07-516. Centre National des Arts Plastiques – Ministère de la Culture et de la Communication, Paris.
Photo : Y. Chenot, Paris.

2007Achat par le Fonds national d’art contemporain d’un tableau de grand format, Suite française (2006). Publication des Oiseaux d’Irène aux Éditions de la Différence, avec des textes de Claude Louis-Combet et de Yanitza Djuric. Suite à un coma provoqué par une insuffisance respiratoire grave, Dado émet le vœu d’être inhumé à Košćele (Monténégro), lieu-dit situé à une dizaine kilomètres de Cetinje, d’où l’on peut apercevoir la rivière Rijeka Crnojevića et le lac Skadar.
Parallèlement, il se passionne pour le numérique, dont il devine toutes les possibilités, et élabore ce site web avec son gendre, Pascal Szidon, sorte d’œuvre testamentaire où il décide d’opérer une relecture de son œuvre.

Jean Hucleux
Amarante, Hucleux et Dado le 25 mai 2008 à Hérouval, photographiés par Domingo Djuric.
Dado, le fou dangereux
Article du journal L’Impartial du jeudi 18 septembre 2008.

2008Mise en ligne, le 31 août, du site officiel de Dado, « Syndrome Dado », sur les URL http://www.dado.fr/ et http://www.dado.me/. À cette occasion, Dado exécute des œuvres spécialement pour l’écran d’ordinateur, notamment des collages à partir de photographies de Domingo. Réalisation de peintures murales à Hérouval.

2009Dado représente le Monténégro à la 53e Biennale de Venise, avec un ensemble de bronzes et des bâches reproduisant des photos de l’atelier incendié prises en 1989 par Domingo. Intitulée « Les Élégies Zorzi », l’exposition lui permet de rendre hommage à tous ses amis artistes disparus : Bernard Réquichot, Hans Bellmer et Unica Zürn, Robert et Christophe Malaval, Öyvind Fahlström…

Palais Zorzi
Biennale de Venise : Ivo, petit fils de Dado, en costume traditionnel monténégrin au Palais Zorzi le jour du vernissage. Photo : Domingo Djuric.
timbres Dado
Timbre émis par la poste du Monténégro en janvier 2010. 2,8 × 3,5 cm. Ajout posthume
en savoir plus
Photo : Pascal Szidon.

2010En août, Dado reçoit le Prix du 13 juillet, la plus haute distinction nationale monténégrine.
Du 15 septembre au 31 octobre 2010, neuf grandes bâches réalisées spécialement par Dado pour l’occasion à partir de photos rehaussées sont exposées à Shanghai dans le pavillon monténégrin de l’exposition universelle.
Début novembre, l’ICOM-UNESCO reconnaît le site web de Dado comme une institution muséale à part entière et lui octroie le droit d’utiliser le domaine internet de premier niveau « .museum », réservé au seul usage des musées. La version anglaise du site est mise en ligne sur l’URL http://www.dado.virtual.museum/.

Dado meurt le 27 novembre à l’hôpital de Pontoise.
Suite à une cérémonie dans le musée de Cetinje, sa ville natale, Dado est enterré lors de funérailles nationales le vendredi 3 décembre à 15h à Košćele, près de Rijeka Crnojevića, au Monténégro.
Situer la tombe de Dado sur une carte.

Un hommage à Dado est organisé le 25 janvier 2011 à la chapelle Saint-Luc à Gisors, en présence de M. Branislav Mićunović, ministre de la Culture du Monténégro, de Mme Irena Radović, ambassadeur du Monténégro en France, de M. Alfred Pacquement, directeur du Musée national d’art moderne, et de M. Marcel Larmanou, maire de Gisors.
Consulter le déroulement de la cérémonie et les discours des différents intervenants.

Faire-part
Faire-part punaisé sur un arbre, en face de la maison natale de Dado à Cetinje.
Photo prise le 3 décembre 2010 par Pascal Szidon.
Vue depuis la tombe de Dado à Košćele
La vue sur la vallée de la Rijeka Crnojevića depuis la tombe de Dado à Košćele. C’était le souhait de Dado d’être enterré face à cette vue. Photo : Lazar Pejović.

« La valeur d’une peinture ne peut être reconnue que 10, 30, 40, 50 ans après son exécution. Il faut que la poussière tombe sur les toiles pour qu’on puisse juger de leur qualité. L’herbe doit les recouvrir, il faut qu'il y ait une distance. C'est exactement la même chose lorsque vous voyez le lac de Skadar [Scutari]. Lorsqu’on nage dans le lac, on ne peut pas bien le voir. Il faut monter à Košćele pour l’admirer. Cela vaut pour les tableaux comme pour les livres. » Extrait d’un entretien de Dado accordé au Monitor en 1996.
Vijesti
Le journal Vijesti du 4 décembre 2010.
Pobjeda
Le journal Pobjeda du 4 décembre 2010.
gravure de Dado (Miodrag Djuric)